Il se trouve différentes sortes d’assemblage pour ce qui est du bois en général. Vous devez vous tourner vers l’option qui coïncide le plus avec les besoins que vous pouvez avoir, et le mieux est encore de vous familiariser au mieux avec ceux-ci.

Assemblage à entailles

L’assemblage à abrèvement

Dans cette forme d’assemblage, une partie fait un angle aigu avec l’autre, généralement en dessous de 45°, et il peut y avoir un embrèvement à l’avant, à l’arrière ou sur les deux. On y recourt souvent pour la pente de la toiture, ou pour tout autre élément qui nécessite ce genre de structure.

L’assemblage à tenon mortaise

Le tout consiste à faire une ouverture dans le bois, dans laquelle une partie compatible d’une autre planche va s’emboiter. Le tout fait généralement un angle de 60° à 120°. C’est déconseillé d’utiliser ce genre d’assemblage pour les constructions qui seront directement exposées à la pluie.

L’assemblage mi-bois

Ici, on taille le bois à un emplacement spécifique, et le tout va s’emboiter à cet emplacement. Généralement, le tout sera sous forme d’angle droit, et il ne faut pas hésiter à utiliser des boulons et vis pour renforcer le tout, si jamais on a besoin d’une bonne rassurance en termes de solidité.

L’assemblage à enfourchement

Le tout est une combinaison d’éléments du tenon mortaise et de l’assemblage mi-bois. On trouve l’enfourchement en bout, l’enfourchement en T, l’enfourchement double, ainsi que l’enfourchement multiple. On peut se décider pour l’une ou l’autre de ces options dépendamment de ce qui sied le plus à un cas de figure donné.

L’assemblage en queue d’aronde

Pour ce modèle, on a une pièce avec un bout en forme de trapèze, qui va s’emboiter dans une rainure avec la même forme. Celle-ci peut être traversante, non traversante, ou encore avoir une extrémité circulaire. Il tient à vous de juger laquelle de ces options colle le mieux avec votre besoin immédiat.

L’assemblage en paume

Ici, nous avons également une pièce avec rainure, mais avec des dimensions un peu plus importantes que celle en queue d’aronde, et également, le tout n’a pas nécessairement la forme d’un trapèze. Aussi, le tout peut grandement varier suivant les pièces qu’on va combiner via ce mode d’assemblage.

L’assemblage en enture

Ici, le point de connexion entre les deux pièces de bois prendre la forme d’un sifflet. On peut avoir une coupe à sifflet désabouté biais, une coupe à sifflet normale, ou encore simplement la coupe à sifflet. Le tout peut nécessiter un minimum de renforcement pour qu’on puisse en assurer la stabilité.

L’assemblage par juxtaposition

Ce type d’assemblage se caractérise par l’usage systématique de fixations pour permettre au tout de bien rester en place. Parmi ces fixations, on peut faire mention des vis, des clous, de agrafes, ou encore des boulons. On peut aussi avoir recours à des crampons, ainsi qu’à des anneaux. Quant aux assemblages, on parle essentiellement de simple ou double cisaillement, ou bien de lardé ou délardé.