Une menuiserie d’intérieur ne se pose pas n’importe comment. Aussi, celle-ci ne se choisit pas au hasard. Son installation ainsi que son choix doivent entièrement dépendre de quelques normes. Bien évidemment, une menuiserie intérieure est soumise aux plusieurs règles. Pour que vous puissiez débuter votre projet, découvrez dans ce présent article, ce que dit la loi sur les travaux de menuiseries d’intérieur.

La règlementation thermique

Une menuiserie intérieur de qualité digne de ce nom doit dispose d’une bonne performance thermique. De ce fait, elle doit respecter une règlementation thermique. Pour cela, il est à avoir que toute menuiserie d’intérieur doit impérativement respecter la norme RT 2012. Cette règle s’adresse surtout aux bâtiments neufs. Son application exige 3 faits :

· Il faut que l’installation réponde aux besoins bioclimatiques du bâti.

· Il est important que la menuiserie puisse d’améliorer la consommation d’énergie. La déperdition thermique doit être le plus minimum.

· La menuiserie doit assure un bon confort en été comme en hiver.

Outre le RTU 2012, la menuiserie extérieure est soumisse à la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). Cette norme consiste à assurer que les installations peuvent conserver de la chaleur à l’intérieur de la maison. Pour cela, les coefficients d’isolation, la transmission de chaleur et lumière de chaque menuiserie sont testés.

La règlementation acoustique

Outre la règlementation thermique, toutes les menuiseries d’intérieur doivent respecter une certaine règlementation acoustique. Comme vous le savez sans doute déjà, une bonne menuiserie dispose d’une haute performance thermique. La règle insiste qu’une menuiserie intérieure doit dispose de capacités d’isolation supérieures à 35dB. Par contre, le niveau d’isolation d’une menuiserie varie selon la date de fabrication de l’habitation. Pour les maisons datant entre 1975 et 1995, ce niveau d’isolation ne doit en aucun cas dépasser entre les 35dB dans les pièces principales, et 38 dB dans la cuisine et la salle d’eau. Pour les habitations ayant construites à partit de 1996, l’isolation phonique doit se trouver au-dessous du 30dB, toujours en tenant compte les différentes parties communes. Pour finir, pour les bâtiments récents, une isolation phonique de 35dB minimum est exigée.

La règle du C + D

En outre, une menuiserie d’intérieur doit également à tout prix respecter la norme du C + D qui regroupe la règlementation incendie. Cette règle assure que votre menuiserie puisse résister à la montée de la température et aux flammes. Aussi, elle garantit la propagation rapide des flammes. Pour cela, le chois des matériaux de conception joue un rôle important. Bien évidemment, la menuiserie est évaluée selon la réaction au feu de son matériau de conception. Il est à noter que la mise en place d’une menuiserie intérieure se place dans la catégorie M3 ou encore D-s3, d0.

Pour assurer une bonne sécurité dans votre habitation, il est vivement conseillé de vérifier la règlementation des portes coupe-feu ou encore les normes anti-incendie. En construction neuve, il est important de penser à la construction d’un escalier de secours en cas de danger. Bien évidemment, la fabrication de celui-ci doit respecter quelques normes.

La loi PMR

Une menuiserie intérieure doit également respecter la loi PMR qui consiste à l’accessibilité des gens à mobilité réduite. En effet, les normes se trouvant dans le décret 2006-555 du 17 mai 2006 doivent être respectées lors de la mise en place de quelconques fenêtres. Aussi, les portes doivent être suffisamment larges pour assurer un passage optimal d’un fauteuil roulant.